Les brumes d’Avallach [Silver Moon T1], WOOLF Marah

Les brumes d'Avallach - Marah Woolf - Michel Lafon
Les brumes d'Avallach - Marah Woolf - Michel Lafon

Après le décès de sa mère, Emma, dix-sept ans, quitte les États-Unis pour rejoindre la seule famille qui lui reste sur la petite île de Skye en Écosse.

Là-bas, elle rencontre Calum, un étrange jeune homme. Tour à tour prévenant et glacial, il semble cacher un secret inavouable. Ce que l’adolescente ignore, c’est qu’en se rapprochant de lui elle les met tous les deux en danger de mort.

Emma découvrira que les légendes des brumeux Highlands sont plus réelles et dangereuses qu’elle ne l’aurait imaginé. Et qu’avec Calum ils sont peut-être le dernier espoir de deux mondes que tout oppose.

4.5/5

Fantastique Romance Young Adult – Jeunesse – Écosse – Légendes écossaises – Amour interdit – Créatures aquatiques 

french-flag
Les brumes d’Avallach
Silver Moon T1
WOOLF Marah
352 pages  1999  Michel LAFON 
Juillet 2018 ⎪ papier – vf
CRITIQUE

Encore un livre de science fiction ?

Allez c’est reparti pour une histoire de loups garous ou de vampires, sur fond d’amour d’adolescents. Prévisible et sans la moindre finesse. Amour interdit et comme par magie, finalement possible.

Oui, exactement, j’ai pensé ça comme vous !

Alors autant dire que quand j’ai commencé le livre, je lisais un mot… Et reculais déjà de trois lignes derrière une barrière de préjugés.

Mais heureusement que je n’ai pas fait comme je fais souvent : abandonner au bout de trois pages quand je n’accroche pas. Autrement, je serai passée à côté de ce livre, de cette bouffée d’air frais.

Certes, on ne va pas se le cacher, la trame de l’histoire est avant tout l’histoire d’amour impossible entre Emma et Calum. L’une, traumatisée par la mort de sa mère et marquée par une enfance étrange, qui se retrouve obligée de quitter les États-Unis pour la petite île de Skye, en Écosse. L’autre, un beau (bah oui, sinon l’histoire est bien intéressante bien sûr) mais mystérieux jeune homme fourni avec le package « secret à creuser et plus si affinités».

Vous allez me dire : simple – basique (merci Orel) – merci bonsoir je connais déjà la fin.

ET BEN PAS QUE ! (surtout que je connais pas encore la fin -too bad-)

L’auteur aurait pu se contenter de réutiliser un thème vendeur de vampires ou loups garous pour faire vivre cette romance. Mais elle a choisi de transposer cette histoire autour d’un univers mystérieux (et inconnu pour ma part) : les légendes écossaises, le mystère des eaux du Loch Ness et des nouvelles créatures insolites. Rajoutez à ça, le paysage magique et sauvage de l’écosse, le caractère impétueux de l’air ambiant et chargé d’histoires des légendes ancestrales. Mais surtout l’appel de l’inconnu.

Je n’arrivais pas à m’arrêter de lire, ayant envie de tout comprendre de ces nouveaux mythes, de m’imprégner de ce nouvel univers à explorer qui s’offrait à moi. Telle une bouffée d’air frais où tout était possible car rien ne semblable ne pouvait servir de comparaison.

Note pour les grands fans d’Harry Potter comme moi. J’avais parfois l’impression d’être dans le lac du Tournoi des Trois Sorciers, sans branchiflore. Et qu’il me fallait finir le livre avant le temps imparti de l’épreuve, au risque de rester au fond du lac…

Je ne veux pas trop en raconter car je pense que ce livre se découvre seul, afin d’éviter les préjugés et les fausses attentes. J’avais pris ce livre pour m’occuper l’esprit dans les transports en commun, sans trop d’attente (bien au contraire). Et je n’aurais pas imaginé un seul instant que je commencerai une nouvelle trilogie de livres et me découvrirai un intérêt pour l’Écosse et sa culture. 

Seul bémol de ce livre ne concerne pas l’histoire en elle-même, mais la publication.

En effet, quand on m’a donné ce livre, je ne m’étais pas renseignée sur l’auteur et ses livres. Autrement j’aurais su que c’était une trilogie et j’aurais recherché les autres romans.

Et, OH MISÉRICODE, quelle ne fut pas ma surprise en découvrant, après deux jours à dévorer le roman… Que la suite n’était pas traduite en français…

Choc – tristesse – déception. Je sentais venir les premiers symptômes d’une crise cardiaque, mon coeur ressemblant à présent à un chamallow en train de fondre. Tout ça, à cause d’une fin, bien sûr, laissée en suspens (sinon ça aurait été trop facile) et tragique. MAIS en même temps, en état de deuil et de rage de n’avoir pas de réponse, pas de solution.

Rebelotte : Choc – tristesse – déception.

Même les messages des autres lecteurs désemparés, comme moi, par l’absence de traduction possible des autres tomes, ne me réconfortaient pas… Au contraire, me laissaient entrevoir un possible croisade contre l’éditeur.

Puis soudain, un éclair de génie m’a frappé ! Ce n’est peut-être pas en français, mais avec un peu de chance c’est traduit en anglais ? (Je me voyais pas acheter un livre en allemand pour le traduire ligne par ligne, faut rester lucide…)

Amazon a été l’équivalent d’un oasis dans le désert de mon espoir à ce moment là. Aller vlan, les deux livres de la trilogie in English please dans mon panier Kindle, emballés c’est pesé.

Donc pour moi, le véritable inconvénient de cette saga, c’est qu’il faut être à l’aise avec l’anglais pour pouvoir l’apprécier… Et je trouve ça bien dommage ! Surtout sur une trilogie aussi populaire notamment en Allemagne ou en Angleterre. C’est perdre des lecteurs et se fermer des portes. Car honnêtement, vu la qualité du livre et de l’histoire, NO WAY de se contenter du premier tome !

 

Je recommande ce livre aux romantiques, aux fans de fantastique et de science-fiction. À tous ceux recherchant la nouveauté et surtout, aux lecteurs compulsifs. Car je pense que ce livre se choisit à l’instinct et non pas aux critiques. Alors à très vite dans le lac…

Parfait sous sa couette, en voyage dans de magnifiques paysages ou qu’on recherche tout simplement quelque chose d’original à travers un univers différent ! Ce roman est également idéal en cas de nostalgie ou quand se sent d’humeur romantique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *